Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 15:40

 

       Durant la campagne électorale, nous avons vu fleurir de nombreux drapeaux dans les meetings de tous les candidats. Le plus souvent il s’agissait du drapeau français, très rarement du drapeau européen, plus souvent des drapeaux noirs ou rouges invitant à chanter l’internationale. Le drapeau se veut être un symbole. Mais de quoi le drapeau français est-il le symbole aujourd’hui?

       Pour certains candidats le drapeau est lié à un discours nationaliste réclamant plus d’ordre, d’autorité et d’indépendance. Il cherche à s’opposer au drapeau européen tant ces candidats voudraient que l’union européenne disparaisse ou ne soit plus qu’une potiche. Dans cette ambiance, le drapeau a bien du mal à retrouver son sens premier qui est celui de l’unité d’un pays mais aussi de la paix et de la réconciliation avec les peuples voisins. Il apparait aujourd’hui comme facteur de division et lorsqu’il est placé sur un balcon d’appartement ou accroché au mur d’une maison il ressemble à une provocation. Il se veut un défi pour tous ceux qui le regardent. Il représente une certaine idéologie. Il est un instrument de propagande.

       Cette dérive de la signification du drapeau se lit à travers l’histoire. En effet si le drapeau a pu représenter à ses débuts la liberté guidant le peuple, très vite il est devenu l’emblème des patriotes luttant contre l’ennemi. Le drapeau est synonyme à la fois de guerre et de victoire. La victoire unit le peuple vainqueur. Elle humilie le vaincu qui ne peut que préparer la guerre suivante avec un esprit de revanche. Le drapeau sert alors d’incitation à la haine et à la guerre contre le peuple désigné comme ennemi. Tout le monde s’y met. Fait plus étrange encore, l’Eglise et les chrétiens qui selon les Evangiles devraient être animés d’un esprit de paix, ont enseigné qu’il faut protéger et sauver la patrie par tous les moyens, peu importe celle de l’ennemi qui doit être conquise ou détruite. Certains propos de poilus (il fallait bien se donner du courage) ou le contenu des catéchismes d’avant-guerre sont atterrants. N’oublions pas que Jean Jaurès a perdu la vie pour avoir refusé la guerre. Le chrétien converti Péguy s’est réjoui de cette mort.

        L’utilisation du drapeau lors des compétitions sportives est très équivoque. Les compétitions sportives remplacent symboliquement la guerre au même titre que les échanges commerciaux. Elles ont été un vrai progrès permettant d’éviter les conflits entre nations. Le drapeau national dressé aux jeux olympiques lors de la victoire d’un athlète représente la nation du vainqueur. Son peuple exulte. C’est une victoire pour tous ses concitoyens. Il devient important aujourd’hui de veiller à ce que ce drapeau ne soit pas pris en otage pour représenter la couleur de peau, la religion, une tribu, ou un groupe politique dissident. En effet, dans de tels cas il n’est plus facteur de paix entre les nations. Il apporte la division voire la haine.

       L’envers du décor est que ce même drapeau dressé aux jeux olympiques renforce l’idée de nation à un moment où l’histoire nous appelle à supprimer les frontières comme le voudrait l’espace « Schengen » pour l’Europe. Il est vrai qu’il faut tenir compte des résistances très fortes qui se manifestent dans la population pour mieux préparer les peuples à s’unir et ne faire qu’Un au-delà des couleurs de peau, des religions et des cultures. Il faut apprendre à vivre ensemble sans pour autant vouloir se ressembler. Là est la richesse d’un pays. Là est l’origine de créations nouvelles.

        Aujourd’hui, ceux qui dans les meetings politiques brandissent le drapeau l’utilisent à des fins partisanes. Le drapeau est devenu signe d’un repliement sur soi et d’un refus de la différence jusqu’à rejeter celui qui refuse de me ressembler. Dans une incohérence sans pareille, ils critiquent l’égalitarisme concernant la propriété et les revenus. Une manière pour eux de préserver biens et avantages possédés tout en rejetant le partage. Cette attitude ne les empêche pas de militer pour une même identité. Les français devraient avoir selon eux la même origine, la même couleur de peau, les mêmes références, les mêmes idées et la même religion. Cette plaidoirie pour l’identique n’est pas avoué clairement mais elle est bien réelle. Le refus de l’étranger en est la preuve

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Qui suis-je ?

     Titulaire d'une maitrise de théologie et d'un DESS de psychopathologie clinique, j'ai été amené à exercer plusieurs fonctions  et plus particulièrement la mise en place d'un centre socio- culturo- spirituel protestant puis la direction pendant 12 ans d'un centre de cure pour malades alcoliques. J'y ai découvert l'importance d'apprendre à écouter l'humain dans toutes les dimensions qui le constituent. Aujourd'hui, inscrit au rôle des pasteurs de l' Eglise Réformée de France, j'essaie de mettre des mots sur mes expériences et de conceptualiser mes découvertes.
serge soulie

Recherche

Blogs Et Sites Amis