Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 12:00

L'HUMANISME

Au 15eme siècle est apparu en Italie puis en France un mouvement intellectuel et littéraire appelé humanisme. Au cours des siècles qui ont suivi jusqu’à aujourd’hui, ce mouvement s’est considérablement enrichi avec les évolutions de la société. Tout au début il s’opposa au contrôle exercé par l’Eglise dans le domaine intellectuel et culturel. Il aida la philosophie à s’affranchir de la tutelle de la théologie en développant l’esprit critique. Puis, avec Erasme, Rabelais, Montaigne et d’autres, il défend la valeur et la dignité de l’homme plaçant ce dernier au centre de l’univers afin qu’il puisse développer librement ses facultés par l’éducation et accéder à une sagesse purement humaine. La Réforme protestante prônant le retour pour tous aux textes bibliques et à la libre conscience participera fortement à cet humanisme.

La philosophie des lumières malgré quelques hésitations, se rangera du côté de cet idéal humaniste en s’insurgeant contre toute sorte d’asservissement qu’il soit religieux, politique ou économique. Des penseurs comme Marx, Freud ou encore Sartre continueront ce combat- chacun dans leur domaine- contre tout assujettissement.

Aujourd’hui, l’humanisme est porteur de valeurs universelles. Les droits de l’homme formulés en 1948 sont son principal outil. Il cherche à améliorer ses droits et à les faire valoir dans tous les pays en insistant sur la non discrimination, la solidarité, la non violence, l’épanouissement de l’être. L’humanisme touche aussi bien la vie en collectivité que le développement de la personne.

LE TRANSHUMANISME

Depuis une vingtaine d’année est apparu dans les pays anglo-saxons et plus particulièrement aux USA le transhumanisme appelé parfois post humanisme. Il se dit faire suite à l’humanisme actuel et semble vouloir en poursuivre les mêmes buts à savoir améliorer la condition de l’homme. Pour cela il se propose d’exploiter au maximum et dans tous les domaines les dernières découvertes des sciences et des techniques afin d’améliorer les caractéristiques physiques et mentales de l’homme. Le transhumanisme vise à empêcher le vieillissement tout en maintenant le jeunisme. Il cherche à prolonger la vie en transformant le corps et l’esprit de l’être. Il s’agit d’une augmentation de l’être.

Cette augmentation de l’être peut se faire de l’extérieur comme de l’intérieur.

Du point de vue extérieur cette augmentation consistera à fournir à l’humain des outils allant jusqu’au remplacement d’un organe manquant. La jambe de bois existe depuis longtemps. Disons que la bionique est plus perfectionnée et plus efficace. La greffe d’un cœur artificiel parait très spectaculaire mais est-elle de par sa fonction bien différente de celle d’un membre ? Ces prothèses remplaçant un organe défaillant semblent rendre à l’individu une partie de l’humanité perdue. Elles restituent à l’humain une partie manquante lui permettant de retrouver la plénitude de son humanité. Ainsi, on ne saurait trop être critique vis-à-vis de ces possibilités dues aux progrès. Tout au plus, on peut être réservé sur les coûts. Seuls quelques personnes aisées pourront en profiter. Par ailleurs est-il-bien raisonnable de greffer un cœur à une personne dont l’espérance de vie reste réduite de par son âge ? C’est une question d' économie et de prise en charge par la collectivité..

Parmi ces interventions extérieures mentionnons les robots. Ils sont clairement appelés à remplacer l’humain. Ils peuvent servir d’hôtesse d’accueil et donner des renseignements rigoureux. Ils sont plus précis que les mains du chirurgien en micro chirurgie. Ils peuvent tenir lieu de dame de compagnie pour personnes âgées. Ils sont interactifs, serviables. Jamais de mauvaise humeur, toujours disponibles. Ils contrôlent parfaitement leurs émotions tout en percevant celles de leurs interlocuteurs et en agissant de manière adéquate. Imagiez un robot qui perçoit votre déprime. Il s’approche de vous, pose sa main sur votre épaule en disant « allez, c’est un mauvais moment à passer. Ça ira mieux demain ! ». Si vous tombez il vient vous relever.

On peut aussi imaginer le robot fabriqué selon vos désirs et à votre convenance. Il devient le partenaire idéal (e). Il est votre réplique, l’identique. Vous lui mettez un utérus artificiel (ou un pénis) et le tour est joué. Le robot vous fait jouir avec le partenaire idéal, celui que vous n’avez jamais pu rencontrer jusqu’ici. Ne riez pas ! Ne pleurez pas ! Il faut savoir que tout cela est possible aujourd’hui. Il faut oser le voir et le dire. Se taire ou le nier c’est déjà se soumettre à cet " homme ou cette femme machine " qui sera proposé à tous avec insistance. L’aliénation sera alors telle qu’il ne viendra à l’idée de personne de s’y opposer.

Du point de vue intérieur, il y a « l’augmentation » de la personne en intervenant directement sur le corps mortel, corps voué à disparaitre au profit d’un « corps autre », de nature différente, garant de l’immortalité. Ces interventions peuvent être diverses.

Notons d’abord celles visant à cacher le vieillissement comme les crèmes antirides ou à modifier l’aspect apparent du corps. Cacher le vieillissement est devenu chose banale. Il y a peu de risques sinon celui de rendre l e corps illisible. Il ne dit plus son âge. Il ne porte plus son histoire. Il y a un décalage entre la réalité et l’apparence.

Viennent ensuite les traitements sensés modifier les tissus par prise de pilules ou d’injections afin de prolonger la vie. La chirurgie, esthétique ou pas, modifie définitivement et par petites touches les parties du corps et leur fonctionnement naturel. Sans être invasive. N'oublions pas la cryogénisation des morts dans l' attente que soit trouvée la solution à l’immortalité.

-Enfin il y a la création d’un « trans humain » par intervention sur les gènes ou par le clonage qui fait l’économie de la démarche naturelle. Toutes ces interventions sont sensées permettre à la nouvelle créature de s’adapter aux changements à venir tel le réchauffement climatique ou encore la disparition d’espèces jusque là indispensables à la vie ou aux voyages interstellaires.

POUR UN TRANSHUMANISME POSSIBLE

Le transhumanisme déchaine les passions parmi ceux qui l’approuvent comme parmi ceux qui le rejettent. En considérant chaque chose l’une après l’autre il ne semble pas impossible de trouver les solutions permettant chaque fois de rejeter ce qui fait mal pour garder ce qui apporte plus d’humanité. Pour cela trois conditions doivent être prises en compte :

- d’une part la finitude de l’homme. Celui-ci ne peut que s’accepter comme mortel au risque de mettre en péril toute la création par une lutte acharnée afin d’obtenir l’immortalité. La résurrection telle qu’elle est présentée dans la bible encourage et facilite l’entrée dans la finitude. Comme le grain de blé, il faut mourir avant de donner une nouvelle plante.

-d’autre part l’idée selon laquelle l’homme à la possibilité de détruire la planète toute entière. Il est « presque fait comme un Dieu » (psaume 82). Il possède suffisamment de puissance pour anéantir la création. Il peut aussi éliminer l’homme de chair et de sang en créant un homme machine qui sera son double. Quelle place alors pour l’homme naturel ?

-Enfin l’humain ne doit pas perdre de vue qu’il fait partie d’un Tout et qu’il est en permanence en inter-relation avec les éléments de ce Tout. Sa vie dépend de la qualité des relations établies avec l’ensemble de ces éléments. Un transhumanisme qui aurait pour origine l’égoïsme de l’homme et qui replierait ce dernier sur lui-même ne peut qu’être dangereux et destructeur. Un transhumanisme visant à rendre à l’homme la part de son humanité perdue ou à améliorer son confort ne peut qu’être encouragé. Dans ce cas, le mot humanisme est-il approprié.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Qui suis-je ?

     Titulaire d'une maitrise de théologie et d'un DESS de psychopathologie clinique, j'ai été amené à exercer plusieurs fonctions  et plus particulièrement la mise en place d'un centre socio- culturo- spirituel protestant puis la direction pendant 12 ans d'un centre de cure pour malades alcoliques. J'y ai découvert l'importance d'apprendre à écouter l'humain dans toutes les dimensions qui le constituent. Aujourd'hui, inscrit au rôle des pasteurs de l' Eglise Réformée de France, j'essaie de mettre des mots sur mes expériences et de conceptualiser mes découvertes.
serge soulie

Recherche

Blogs Et Sites Amis