Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 14:26

Cher François,

Voilà bien longtemps que je ne t'avais pas écrit. Je suis comme la plupart des français "un paresseux de l' été". Il faut bien oublier un peu et se désintéresser de ce qui se passe. N'est-ce pas le meilleurs repos que nous puissions prendre? Je sais bien que tout cela est très critiquable et que nous ne devrions pas baisser la garde sur ce qui se passe en France et dans le monde. Les pires choses peuvent arriver sous le soleil y compris lorsqu'il est agréable. On dit que les politiques profitent de l'été pour faire passer leurs lois et qu'à la rentrée, lorsque tout le monde se réveille, il est trop tard pour modifier les décisions prises., il ne reste plus qu'à subir. Mais peut-on être un veilleur permanent? A veiller toujours ne risque- t-on pas d'en oublier sa mission? Il faut savoir différencier le temps.

Et puis suivre en permanence un Grand Personnage, puisque tu en es un, c'est fatiguant, pire encore, c'est aliénant. A moins d'être un fan, de faire de toi une idole, et de renoncer à sa liberté il est nécessaire pour rester inventif de rompre avec les préoccupations habituelles. Je reste perplexe et parfois agacé par tous ces amis qui ne cessent de répéter qu'avec toi l' Eglise et le monde vont pouvoir changer. Ils s'enferment dans un suivisme démobilisateur qui les empêche d' être inventifs et qui ne peut que te nuire. En bon protestant , je reste persuadé que chaque être humain est pape autrement dit que chacun doit préparer sa conscience à agir et à transformer le monde. La réforme dont je suis l' héritier ne peut qu'être continue .

Ce qui m' amène à reprendre ma correspondance , ce sont tes propos sur l' avortement. Je pensais naïvement que cette affaire depuis la loi Veil était réglée. Si j'ai bien compris l'avortement est impardonnable pour celle qui se fait avorter comme pour ceux qui se font complices de cet avortement comme le médecin par exemple. Jusqu'ici, seul l' évêque pouvait pardonner. Désormais dans le cadre du sacrement de la réconciliation le prêtre pourra pardonner.

Devant cet état de chose ma première réaction est de dire qu'heureusement nous ne sommes pas sous le régime de l' Eglise. Sa vision des choses contient en germe tout ce qu'il y a de pire dans les états où la religion est au pouvoir. Je dis vive l' Etat laïque. Nous ne devons pas l' oublier. Ne soyons pas naïfs. Quant au fonctionnement interne de l' Eglise, il est difficile de comprendre et d'accepter ce pouvoir qu'elle s'arroge sur les individus. Le pardon, présenté comme une grâce faite au coupable n'est en fait que la conséquence d'un jugement et d'une exclusion. L' Eglise invente et crée une faute, elle désigne un coupable auquel elle dit :" nous sommes gentils nous vous pardonnons". Cet ascendant sur les autres, rendu possible de par l'interdit posé par elle ici " il est interdit d'avorter", crée de la culpabilité (tu es coupable), de la dépendance (tu dois me demander pardon et je te pardonnerai) et enfin va à l' encontre de l' Evangile qui invite chacun à aller vers Dieu et non vers les hommes. Aller vers Dieu c'est fuir toutes dépendances aux choses de ce monde y compris l' Eglise et ceux qui la compose. L'homme est un affranchi par Dieu et nom par une institution quelle qu'elle soit. Dieu n'ayant pas de représentant possible ne peut être chosifié ni en matière ni en pensée. Sous cette condition il n'est pas possible de devenir dépendant de lui. On ne peut être dépendant que des représentations que l'on s' en fait (et l' Eglise en est une et prétend représenter Dieu) et des pratiques que l'on institue. Dieu renvoie toujours à nous même. Jamais à un autre. En Dieu il n'y a pas d'autre. Il est Tout.

C'est parce que les religions ,( Eglise comprise) , s'accaparent Dieu que le monde dit ne plus croire en lui. Le Dieu des religions n'est pas le Dieu de la bible. Ce dernier échappe à toute pensée.

Tu comprendras , bien cher François combien je suis éloigné de tes conceptions qui ne sont peut être que celles de l' Eglise dont tu es le chef. Dans ce cas, je ne peux que respecter la déférence que tu as à l' égard de celle-ci . Mais je ne peux qu' être affligé par cette attitude. Avoir la foi ce n' est pas obéir à une Eglise ou a une figue d' autorité c'est se libérer de toute forme de soumission et faire confiance à l' humanité pour qu'elle s'améliore. Alors pourquoi l' église se substitue t-elle à cette humanité jugeant ceux qui ne pensent pas comme elle? Se prendrait-elle pour l' humanité en son entier? La foi n'est pas une adhésion à un objet, à un être ou encore à une doctrine ou à des convictions. Elle est construction de nos vies. Elaboration de nos pensées. Croire c'est produire ce que l' on croit. Ce n'est pas faire allégeance à ce que d'autres croient et encore moins à obéir à l' Eglise. Bien au contraire, la foi c'est lui désobéir pour retrouver le chemin de la liberté.

Tu le vois, nos différences sont grandes . Qu' elles ne nous empêchent pas d' être frère en humanité mais osons affirmer ces différences et que le monde sache qu'elles existent et que chacun ose s'aventurer à être pape là où il se trouve.

Bien à Toi.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Qui suis-je ?

     Titulaire d'une maitrise de théologie et d'un DESS de psychopathologie clinique, j'ai été amené à exercer plusieurs fonctions  et plus particulièrement la mise en place d'un centre socio- culturo- spirituel protestant puis la direction pendant 12 ans d'un centre de cure pour malades alcoliques. J'y ai découvert l'importance d'apprendre à écouter l'humain dans toutes les dimensions qui le constituent. Aujourd'hui, inscrit au rôle des pasteurs de l' Eglise Réformée de France, j'essaie de mettre des mots sur mes expériences et de conceptualiser mes découvertes.
serge soulie

Recherche

Blogs Et Sites Amis