Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 10:24

 

           On apprend qu’un chef d’entreprise signe avec ses salariés une convention selon laquelle il n’y aura sur le lieu de travail ni signes ni pratiques religieuses. Le personnel est soumis à un devoir de neutralité comme dans le service public.


         Cet accord est en contradiction avec les règles observées par le Conseil économique et social comme avec l’observatoire de la laïcité qui prévoit une résolution au cas  par cas. Le chef d’entreprise ne s’attend pas à une approbation de conformité avec la loi mais une jurisprudence sur ce cas pourrait faire avancer les choses.


        Pour toute défense ce chef d’entreprise met en avant son athéisme qui doit être respecté. Ses détracteurs voient dans son attitude une atteinte à la liberté.


         Aucun des deux arguments ne parait convainquant. En effet si la religion ne doit pas s’immiscer dans l’entreprise ce n’est pas pour respecter l’athéisme qui peut être qualifié d’autre forme de religion, mais plus simplement parce qu’il y a des lieux pour l’expression de la religion et des lieux pour travailler. De la même manière, il y a un temps pour pratiquer les rites de la religion et un temps pour le travail. Quant à la liberté, on ne voit pas en quoi elle serait atteinte par la demande selon laquelle les choses doivent se faire les unes après les autres, dans des temps et des lieux différents. En arrivant sur le lieu de travail beaucoup d’employes doivent mettre des tenues professionnelles qu’ils abandonnent la journée terminée pour reprendre leurs habits. Pourquoi les religieux, hommes ou femmes ne déposeraient-ils pas dans un vestiaire leurs habits et leur insigne religieux pour une tenue neutre.


          Restent quelques points plus épineux comme le problème du porc dans les cantines ou encore le temps du ramadan. Lorsque je dirigeais une institution j’ai été confronté à la situation d’une femme qui dès deux heures de l’après midi ne pouvait plus assurer son travail malgré les aménagements que nous avions pu lui consentir et qui gênaient et les malades et ses collègues. Elle se trouvait mal sans manger et sans boire.


           Les politiques doivent réfléchir sur ces questions. Il me semble toutefois que laisser la religion envahir tous les domaines de la vie comme celui de l’entreprise, c’est dangereux pour la démocratie et la liberté. C’est aussi prendre le risque de voir monter les oppositions aux religions et voir renaitre des conflits inter religieux. Chaque religion a ses exigences souvent incompatibles avec celles des autres. Avant de s’engager dans un travail -ou dans une tout autre activité- chaque personne doit s’assurer qu’elle pourra l’assumer tel qu’il est défini. L’activité n’a pas à se soumettre à ses croyances. C’est elle qui doit s’adapter au travail proposé. J’ai passé le bac avec un cousin qui a refusé d’aller passer l’oral un samedi matin parce que sa religion le lui interdisait. Il n’a pas eu son bac et a redoublé. Il a assumé les conséquences de ses croyances. C’est respectable. Que chacun assume les conséquences des siennes.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Qui suis-je ?

     Titulaire d'une maitrise de théologie et d'un DESS de psychopathologie clinique, j'ai été amené à exercer plusieurs fonctions  et plus particulièrement la mise en place d'un centre socio- culturo- spirituel protestant puis la direction pendant 12 ans d'un centre de cure pour malades alcoliques. J'y ai découvert l'importance d'apprendre à écouter l'humain dans toutes les dimensions qui le constituent. Aujourd'hui, inscrit au rôle des pasteurs de l' Eglise Réformée de France, j'essaie de mettre des mots sur mes expériences et de conceptualiser mes découvertes.
serge soulie

Recherche

Blogs Et Sites Amis