Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2017 6 10 /06 /juin /2017 11:05

 

             Nous apprenons par les médias que 130 imans de Londres refusent d'officier pour des obsèques religieuses concernant les trois terroristes qui ont tué à London Bridge, avec une voiture lancée dans la foule à plus de 80 Km / heure et avec des couteaux poursuivant leurs victimes jusque dans leur abri. Ces imams considèrent que ces terroristes ne sont pas des musulmans. A leur yeux, seuls le vrai musulman est autorisé à recevoir cet acte religieux.

            En dehors de toutes considérations religieuses, on ne peut qu'apprécier cette position, non parce qu'elle serait juste, je ne suis pas habilité à porter un tel jugement, mais parce qu'elle est utile et nécessaire à la protection de vies futures.

            Tout d'abord parce que ces hommes et ces femmes qui se préparent à tuer au nom de leur Dieu peuvent avoir un sursaut de conscience en se sachant désavoués  par ceux qui croient au même Dieu mais le perçoivent tout autrement, miséricordieux et porteur de paix. Certes la part du religieux dans ces entreprises de meurtres semble mince. Il ne faut pas pour autant désespérer de l'humain et tout faire pour qu'il décide lui-même de changer de direction et découvre la richesse qu'il y a à considérer tout humain comme un frère à respecter et aimer. Le religieux, y compris lorsqu'il est pris en otage pour des intérêts particulier, ici par idéologie, traduit  ce qu'il y a au plus profond de l'homme. Il sert de chape protectrice à tous ceux pour qui l'angoisse existentielle est devenue insupportable. L'histoire nous enseigne que les guerres et les cruautés en reviennent toujours à une source religieuses, quelle que soit la religion concernée. Hitler pour donner de la force et de la puissance à la guerre lui a donné un aspect religieux en s'attaquant aux juifs.            

            Plus encore, cette attitude des imams londoniens peut rassurer ceux qui trouvent que les musulmans ne condamnent pas avec force et détermination de tels actes et de telles personnes. C'est une critique que l'on a souvent entendue en France. On  l'entend aujourd'hui  en Angleterre. Pour beaucoup, les musulmans sont les mieux placés pour repérer ceux qui  glissent vers le terrorisme. Ils doivent être plus vigilants et mieux collaborer avec toutes les forces de sécurité. En refusant d'officier pour des obsèques, la communauté musulmane a enfin manifesté clairement qu'elle désavouait de tels actes et désapprouvait cette conception de Dieu et de la religion. Elle a porté le débat sur le plan religieux. C'était attendu et utile pour convaincre les occidentaux que l'islam est bien une religion de paix qui sait s'adapter au monde occidental. En effet là est la crainte des pays européens en particulier qui perçoivent et comprennent l'islam à travers les pays où il est majoritaire, pays où religion et état ne font qu'un.  

            Peut-on faire pour autant de ce refus d'assurer les rituels des funérailles pour les terroristes un absolu ? Je n'entrerai pas dans les positions particulières de chaque religion. Je sais combien tout refus peut être douloureux pour les familles. En effet tous les parents ne sont pas responsable de ce que leur fils, petit fils ou neveu soit devenu terroriste. Il m'est arrivé d'être sollicité pour les obsèques d'un adolescent de 16 ans qui s'était suicidé. Le prêtre, obéissant à l'évêque m'a-t-il dit, refusait que le corps du suicidé entre dans l'Eglise.  Il ne pouvait pas célébrer les obsèques. Les parents étaient désemparés. En tant que protestant j'ai pu assurer les obsèques et convaincre le prêtre de venir au cimetière ce qui a apaisé les parents. Devant la mort il est important de se situer sur un plan humain avant de passer au plan religieux.

            Dans une société laïque, si les religions doivent garder le droit d'assurer ou pas des obsèques, l' état - la république dans le cas de la France- ne peut que manifester d'une manière ou d'une autre sa présence auprès des familles et veiller à ce que le  corps des défunts soit respecté quelles que soit les causes de la mort. Le contraire serait compris comme une vengeance. Or on ne répond pas au meurtre par la vengeance ,que celle-ci prenne la forme d'une riposte en tuant le meurtrier ou d'un mépris de la dépouille en refusant une inhumation digne.  Respecter l'humain c'est respecter sa vie hormis le cas de légitime défense comme se fut le cas aux attentats de London Bridge. C'est la dépouille qui est alors respectée.   

                                               ______________________________

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Qui suis-je ?

     Titulaire d'une maitrise de théologie et d'un DESS de psychopathologie clinique, j'ai été amené à exercer plusieurs fonctions  et plus particulièrement la mise en place d'un centre socio- culturo- spirituel protestant puis la direction pendant 12 ans d'un centre de cure pour malades alcoliques. J'y ai découvert l'importance d'apprendre à écouter l'humain dans toutes les dimensions qui le constituent. Aujourd'hui, inscrit au rôle des pasteurs de l' Eglise Réformée de France, j'essaie de mettre des mots sur mes expériences et de conceptualiser mes découvertes.
serge soulie

Recherche

Blogs Et Sites Amis