Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 18:31

      

            Récemment un homme politique de droite, pour éviter l’expression  « mariage pour tous » proposait « union civile » ; Il n’a pas précisé si le terme s’appliquerait à tous les mariages, hétéro comme homo. Si c’était le cas la proposition serait acceptable. Tout mariage à la mairie deviendrait union civile et le terme de mariage ne concernerait plus que l’Eglise. L’ennui est que ce terme, propre à l’Eglise catholique avant la révolution,  est devenu le terme utilisé pour désigner le mariage civil. Ainsi, il  n’appartient plus à la sphère religieuse mais à la sphère laïque. Pour tous les français se marier, c’est passer devant le maire. Le passage à l’Eglise ou devant toute autre institution religieuse n’est pas obligatoire mais il ne peut pas avoir lieu sans passer par la mairie. Les mariés doivent présenter le certificat de mariage de la mairie  au célébrant religieux. Une telle disposition a été mise en place parce que l’Eglise catholique  avait du mal à renoncer à être la « marieuse » officielle de l’Etat. Les protestants étaient les grands gagnants de cette réforme puisque refusant de passer par les services d’un prêtre, ils étaient considérés comme concubins et non mariés.

            Aujourd’hui, il semble difficile de rendre au domaine religieux le mot mariage en le retirant au domaine public. Bien que ce mot appartienne au départ à l’Eglise, elle ne peut que se résoudre à l’abandonner et à inventer un autre mot si le mariage tel qu’elle le conçoit (non étendu au mariage pour tous) ne cadre plus avec la conception républicaine. Notons en passant qu’elle ne reconnaît pas le mariage des divorcés  si ces derniers étaient passés devant monsieur le curé lors de la première union. Ce n’est pas pour autant que la république à renoncé à ce terme pour marier les divorcés.

            On a voulu faire croire qu’il y avait un consensus des grandes religions pour condamner le mariage pour tous. C’est ainsi que les chrétiens se sont vus embarqués dans cette opposition après que quelques évêques se soient exprimés avec virulence et sans aucune sagesse, que les évangéliques aient entamé la croisade du contre au nom de la bible et enfin que la fédération protestante ait tergiversé comme elle a malheureusement l’habitude de le faire dès qu’un sujet n’est plus consensuel. Il est regrettable que ces « moralisateurs » aient voulu enrôler tout le monde pour défendre leur cause. Il y a beaucoup de catholiques et beaucoup de protestants –même s’ils sont minoritaires dans leur Eglise, mais cela resterait à démontrer- qui ne partagent pas cet avis et qui souhaitent que les homosexuels aient droit à l’amour comme les hétérosexuels. Une telle position est aussi proche de l’Evangile et porteuse d’espérance que ne l’est celle qui refuse le mariage pour tous.

            Enfin rappelons que cette opposition au mariage  s’étaye le plus souvent sur des positions politiques et ignore une recherche évangélique. Il est simplement regrettable qu’elle encourage des gestes homophobes qui ne cessent d’augmenter ces dernières semaines. L’être humain est naturellement homophobe, c’est ce que ne veulent pas admettre les opposants au mariage pour tous. Leur opposition intempestive et démesurée encourage cette homophobie.  Souhaitons que le mariage pour tous viendra tempérer –et pourquoi pas supprimer- cette haine que rencontre l’homosexuel dans notre société.

                

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marcel MAGNON 26/01/2013 08:41

Beaucoup de bon sens, du moins de mon point de vue, dans ce billet.
Merci.

Qui suis-je ?

     Titulaire d'une maitrise de théologie et d'un DESS de psychopathologie clinique, j'ai été amené à exercer plusieurs fonctions  et plus particulièrement la mise en place d'un centre socio- culturo- spirituel protestant puis la direction pendant 12 ans d'un centre de cure pour malades alcoliques. J'y ai découvert l'importance d'apprendre à écouter l'humain dans toutes les dimensions qui le constituent. Aujourd'hui, inscrit au rôle des pasteurs de l' Eglise Réformée de France, j'essaie de mettre des mots sur mes expériences et de conceptualiser mes découvertes.
serge soulie

Recherche

Blogs Et Sites Amis