Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 16:04

 

             Et si les turbulences actuelles à la tête de l’état, n’étaient qu’une réminiscence des temps de la Royauté. Tous les ingrédients sont là. Ils s’articulent autour du sacré.


            Il y a l’Elysée. Ce lieu est perçu comme séparé des autres. Ce qui peut se passer ailleurs est secondaire et n’a d’importance  qu’à l’aune du pouvoir Elyséen.  Dans l’esprit des gens, ce pouvoir va bien au-delà de ce que lui attribue la constitution. On le voit avec le mythe de la mallette contenant la mise à feu de la  bombe nucléaire.  Le président  est ici doté d’un pouvoir quasi divin, celui de détruire la planète.


            Vient ensuite la personne du  président. Si les attributs royaux ne résident plus dans la tenue vestimentaire et les fastes de la régence, s’ils sont immatériels, ils occupent pleinement la fonction perçue comme s’étendant au-delà même de la gestion purement matérielle du pays. Le président préside depuis une sphère au caractère sacré et si tout lui est permis à l’intérieur de cette sphère, il ne peut pas la quitter. Son monde est celui des divinités, il reste étranger à celui des citoyens ordinaires. Lorsqu’il se déplace incognito, sur un scooter, sans service de sécurité, comme le commun des mortels, il sort de la vision sacrale. Sa sécurité est mise en danger et il pourrait périr sous les coups d’un simple humain. C’est intolérable. Ce serait tuer un roi. L’élection au suffrage universel est devenue pour lui élection divine.  Elle l’a placé sur un trône. Sa sécurité doit être totale y compris pour ceux qui voudraient qu’il dégage au plus vite. On ne tue pas un chef de droit de divin.


            La succession des femmes qu’il connait au sens biblique du terme ne lui est pas interdit.  Un roi a toujours des favorites. Elles sont les témoins de sa virilité. C’est de là qu’il tire la puissance. Pourvu que la reine garde sa place. Le problème du président actuel c’est qu’il a répudié la reine et a mis à sa place la première favorite. Celle-ci ne peut pas être aimée. Le statut de « première dame de France » est équivalent dans l’inconscient collectif à celui de reine. D’où son ambigüité souvent dénoncée et son impossible définition. Elle seule peut être la mère du dauphin. En mettre une autre à sa place c’est en quelque sorte trahir le suffrage universel qui a élu un roi et sa reine, peu importe le type de relations conjugales entre les deux.


            Actuellement le combat n’est pas équitable entre les deux favorites parce que la première tient la place de la reine. Elle a usurpé avec la complicité de son amant cette place. C’est pourquoi elle est mal aimée du peuple. Il suffirait qu’elle se désiste et tout rentrerait dans l’ordre à condition qu’il soit précisé que la place n’est pas à prendre. Elle est détenue par la mère du premier enfant, peu importe qu’elle soit en couple ou pas avec le père. Peu importe qu’elle s’assoit ou pas sur ce trône bis.  Le président pourra alors avoir toutes les favorites qu’il veut sans que la presse y trouve un quelconque intérêt. Quant à sa politique, réussira-t-elle mieux pour autant ? Bien sûr que non. Elle restera ce qu’elle est avec ou sans favorites. Quant à la morale, depuis la nuit des temps le monde sait qu’il ne faut pas regarder vers les puissants de ce monde pour l’entrevoir. Malheur à ceux qui le croiraient. Ils pourraient se brûler les yeux.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marcel MAGNON 15/01/2014 20:30

Personnellement, j'en étais resté au principe que celui (ou celle) qui brigue un mandat d'élu(e) se devait de respecter une certaine éthique, y compris dans sa vie "privée".

Jean-Louis FERRET 14/01/2014 18:49

Cette "affaire" est désastreuse comme celle du précèdent président de la République avec sa nouvelle épouse chantante (la troisième!!!). Quelle image de marque donne nos politiques, Guéant, DSK,
Sarkozy, Hollande, Woerth, Cahuzac.....

Nous ne sommes pas sous un régime "royal" mais "républicain" et même la désignation par les journalistes et certains citoyens de première "dame de France" de la "concubine" du président actuel, n'a
aucun sens juridique ni légal, ni historique dans toutes l'histoire de nos républiques passées.(Et elle coûte de l'argent cette "dame de France" à la France!!!!)

Après avoir imposé par voie légale,certes,le mariage pour tous, il est étrange et "drôle" à la fois de connaitre la vie privée du Président et certaines de ses frasques. La vie "privée" par
principe doit le resté: "privé".

Dommage , "MOI Président Je......

Qui suis-je ?

     Titulaire d'une maitrise de théologie et d'un DESS de psychopathologie clinique, j'ai été amené à exercer plusieurs fonctions  et plus particulièrement la mise en place d'un centre socio- culturo- spirituel protestant puis la direction pendant 12 ans d'un centre de cure pour malades alcoliques. J'y ai découvert l'importance d'apprendre à écouter l'humain dans toutes les dimensions qui le constituent. Aujourd'hui, inscrit au rôle des pasteurs de l' Eglise Réformée de France, j'essaie de mettre des mots sur mes expériences et de conceptualiser mes découvertes.
serge soulie

Recherche

Blogs Et Sites Amis