Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 11:17

          

         Ce n'est pas le parti socialiste qui a perdu les élections départementales mais bien  François Hollande. Prisonnier de ses promesses, devant l'impossibilité de les appliquer et plus précisément d'inverser la courbe du chômage le président de la république a voulu cacher ses erreurs d'appréciation de la situation en mettant en scène une opposition à son prédécesseur. Il était important de montrer qu'il était différent. C'est ainsi qu'il a, par exemple supprimé l'augmentation de la TVA . Mal lui en a pris. Il a été obligé de mettre en place un nombre de taxes tel, que le ras le bol s'est généralisé dans tout le pays. Par ailleurs ces nouvelles taxes s'abattaient souvent sur les mêmes. C'est ainsi que des retraités de familles de trois enfants et plus, dont une partie de la retraite n'était pas imposable, ont vu leurs impôts augmenter de près de 25 % si on ajoute l'ensemble de toutes ces taxes. Cette augmentation est devenue intolérable puisqu'elle s'est accompagnée d'un gel des retraites.  Ces dispositions ont touché en priorité les classes moyennes au sein desquelles se trouvaient les électeurs du Président. Quant aux classes populaires  qu'il a voulu épargner, elles ont voté front national en masse. Quelle erreur. Son prédécesseur avait tout mis en place à travers cette augmentation de la TVA pour faire entrer l' argent dans les caisses de l' état. Il n'a pas su en profiter. Manuel Vals avait raison, il voulait garder cette TVA dite TVA sociale qui ne concernait pas les produits de première nécessité. La droite revenue au pouvoir, ne commettra pas  l' erreur d'enlever les nouvelles taxes de François Hollande. Elle l' accusera et se déchargera sur lui sans ne rien toucher.  Elle se contentera d'en ajouter d'autres.


            Un socialiste ne vote pas pour une personne, il vote pour les idées et les convictions représentées par le socialisme. Il  croit qu'il est possible de gouverner en cherchant  toujours plus de justice. Il croit au partage des richesses . Il écoute les souffrance du peuple et se donne pour tâche d'organiser la société de façon à les apaiser. Si un élu ne va pas dans ce sens, il est renvoyé mais les convictions restent. C'est ce qui se passe pour Monsieur Hollande. Il n'a pas été fidèle à ses convictions socialistes. S'il a tenu bon pour le mariage pour tous, il a capitulé lamentablement sur la GPA (gestation pour autrui) et la PMA ( procréation médicalement assistée)laissant ainsi de nombreux couples hétéro ou homo dans une attente dont le seul espoir est de se tourner vers les pays étrangers. S'il a eu le souci du dialogue entre partenaires sociaux pour remettre en route l' économie il n' a pas hésité à multiplier les taxes dans différents domaines sans se soucier de ce que c'étaient toujours les mêmes qui étaient chaque fois mis à contribution.  Il vante la famille mais s'emploie à ruiner ceux qui y ont cru en élevant consciencieusement leurs enfants. C'est à eux qu'il est demandé de payer la plus grosse partie de la dette.


            Aujourd'hui, par tactique politique, il demande de voter à droite pour éviter le Front National. Mais un socialiste peut-il voter pour Monsieur Sarkozy quand celui-ci n' a qu'un projet: enrichir les riches. Il vient de le dire clairement en voulant supprimer l' impôt sur la fortune,  supprimant les trente cinq heures etc… Difficile de choisir dans ce cas entre la peste et le choléra. Certes il y a une droite modérée. L'ennui est que pour l'instant elle est soumise à son chef qu'elle a délibérément choisi et elle penche sérieusement du côté du Front National comme le montre le ni-ni de Monsieur Sarkozy. Il n'y a pas  des intégristes que dans les religions. Il y en a aussi dans les partis politiques. Ces derniers sont crédibles, comme pour les religions, lorsqu'ils  ont à cœur de lutter contre ces intégrismes. Ce n'est pas le cas actuellement de la droite.


            Devant une telle situation, l'acte républicain pour un socialiste n'est-il pas  de glisser dans l'urne un bulletin blanc?   

           

           

             

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Qui suis-je ?

     Titulaire d'une maitrise de théologie et d'un DESS de psychopathologie clinique, j'ai été amené à exercer plusieurs fonctions  et plus particulièrement la mise en place d'un centre socio- culturo- spirituel protestant puis la direction pendant 12 ans d'un centre de cure pour malades alcoliques. J'y ai découvert l'importance d'apprendre à écouter l'humain dans toutes les dimensions qui le constituent. Aujourd'hui, inscrit au rôle des pasteurs de l' Eglise Réformée de France, j'essaie de mettre des mots sur mes expériences et de conceptualiser mes découvertes.
serge soulie

Recherche

Blogs Et Sites Amis