Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 21:44

        

           On ne peut qu’être surpris par les propos agressifs tenus par des évêques au sujet du mariage pour tous. En effet les discussions que l’on peut avoir avec la plupart des catholiques sont généralement sereines et apaisées. Certes beaucoup s’interrogent, d’autres sont réticents à un tel mariage mais il faut un intégriste pour tenir des propos aussi peu fraternels, irrationnels, frisant l’homophobie. Assimiler l’homosexualité à la polygamie et au meurtre relève de l’ignorance, de la mauvaise foi, ou de problèmes personnels non résolus vis-à-vis de l’ambivalence sexuelle qui est en chacun de nous. En effet les évêques pourraient se faire les porte-parole de leur hiérarchie sans pour autant tenir des propos aussi déraisonnables. Ils y ont ajouté de l’intime repris d’ailleurs par quelques politiciens tout aussi dérangés.

            Il ne nous reste alors qu’à nous interroger sur les raisons de réactions aussi peu contrôlées. J’en signalerai cinq.


            La première est inconsciente. Dans leur propos ce ne sont pas les évêques qui parlent mais l’inconscient. L’ambivalence sexuelle caractérisant chaque humain s’exprime ici. Le mariage pour tous a entrouvert  une fenêtre, habituellement tenue fermée à grands coups de refoulements. Leur position d’ecclésiastiques bien que choisie se trouve chamboulée par le mariage pour tous et rend ce refoulement insuffisant.  La sincérité ne suffit plus : Ils craquent.


            En second lieu, on sait les difficultés de l’Eglise depuis quelques années avec les comportements de pédophilie avérés chez un certain nombre de prêtres à travers le monde entier. Il y a de sa part une grande nervosité et le souci de « se refaire une santé » comme on dit. Dire non au mariage pour tous est une occasion. A cela vient s’ajouter un certains nombre de prêtres homosexuels et dont l’homosexualité remet en cause –à tort ou à raison- le principe même du célibat imposé pour exercer la prêtrise.


            Tercio, il nous faut mesurer le décalage qu’il y a entre le dogme officiel de l’Eglise et les attentes de la population. Le dogme ne peut plus être dit en terme mesuré au risque d’être étouffé. Alors pour exister il s’affirme dans sa réalité avec en plus toute l’exagération qui vient le soutenir. Il a été dit, tout le monde à pu l’entendre, l’Eglise existe bien.


            Quatrièmement, les mouvements intégristes tenant le haut du pavé, il est compliqué pour l’Eglise de s’opposer à ses membres les plus actifs qui de surcroît fournissent le plus grands nombre de prêtres au moment où la pénurie est catastrophique pour notre pays.


            Enfin, n’oublions pas que l’Eglise catholique tout au long de son histoire a construit toute sa théologie et son histoire sur la famille. C’était vrai   pendant les quatre premiers siècles de notre ère face aux dieux de la mythologie. C’était vrai au moyen âge avec les rois et leur cour. Pour sortir du comportement des dieux de l’antiquité ou des familles royales, qui pratiquaient l’inceste, le viol et le meurtre, l’Eglise a inventé la famille. Cette invention a porté ses fruits et les éléments fondamentaux à notre civilisation. Il est regrettable qu’actuellement cette même Eglise ne poursuive pas sur sa lancée en tenant compte de l’individu et en acceptant que la famille s’ouvre à tous tout en gardant les valeurs de fidélité qui ne sont pas remises en cause dans le mariage pour tous.

           

           

           

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anneix Irvin 27/12/2012 01:35

Bonjour,



Parce que parfois, un témoignage peut être plus pertinent qu'un long discours, voici le témoignage d'une vieille de 88 ans sur la tradition du mariage :



https://vimeo.com/55318349



Amicalement.

Qui suis-je ?

     Titulaire d'une maitrise de théologie et d'un DESS de psychopathologie clinique, j'ai été amené à exercer plusieurs fonctions  et plus particulièrement la mise en place d'un centre socio- culturo- spirituel protestant puis la direction pendant 12 ans d'un centre de cure pour malades alcoliques. J'y ai découvert l'importance d'apprendre à écouter l'humain dans toutes les dimensions qui le constituent. Aujourd'hui, inscrit au rôle des pasteurs de l' Eglise Réformée de France, j'essaie de mettre des mots sur mes expériences et de conceptualiser mes découvertes.
serge soulie

Recherche

Blogs Et Sites Amis