Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 11:08

Cher François,


            Vu toutes tes occupations, tu vas trouver que deux lettres en deux jours c'est beaucoup. Il est des choses qui agacent tellement qu'elles raccourcissent le temps. Le mariage pour tous , la PMA et la GPA en font partie. Alors je me précipite pour te dire cet agacement au sujet de ces évêques qui s'adressent à la communauté Européenne pour encore une fois condamner la GPA. J'ai lu çà dans le journal La Vie. Je m'interroge: comment au nom de l' amour, peut-on balayer d'un revers de main la douleur et l' attente de ceux qui pour des raisons diverses ne peuvent pas avoir d'enfants et espèrent que viendra le jour où un ou plusieurs enfants leur seront confiés?


            Tes évêques mettent en garde l'instrumentalisation du corps. Ne penses tu pas que le travail peut être le premier risque d'instrumentalisation du corps. D'ailleurs, c'est bien ce qui se passe encore dans différents coins du monde et tout particulièrement pour des enfants. La seule manière d'empêcher cette instrumentalisation n'est ce pas de poser des lois précises et de les faire appliquer avec rigueur partout où le corps est mis à contribution. Le corps ne tient pas seulement un rôle essentiel lors des grossesses. Il doit être protégé pour tous les moments de la vie.


                        Il n'y a pas atteinte à la dignité  humaine lorsque une femme porte en son ventre un enfant, quels que soient les modes de conception de cet enfant. Il y a atteinte à la dignité lorsque les conditions du "portage "ne sont pas respectées et lorsque il n'y a pas un mécanisme compensatoire à toutes les contraintes induites par la grossesse.


            Quelles sont ces valeurs fondamentales de l' Europe qui s'opposeraient à ce que des êtres humains puissent s'entraider. Ne donne-t-on pas son sang voire un de ses organes pour qu'un autre puisse vivre. Si nous avons deux reins qui fonctionnent pourquoi ne pas en donner un si on se sent appelé à le faire?


            Et s'il est vrai que la majorité des femmes porteuses qui se présentent viennent d'un  milieu plutôt pauvre n'est-ce pas l'occasion de leur donner et une formation et une éducation nouvelle qui leur permettra d'envisager la vie autrement après avoir porté pour les autres un ou deux enfants selon ce qu'autorisera la loi.


            En refusant la GPA, tes évêques mon cher François, se font complices de la misère qui poussera les femmes  des pays les plus pauvres à être des mères porteuses sans garanties aucunes avec des risques très grands pour elles, pour le couple adoptant et pour l'enfant mis au monde. Et le pire de tout ce serait de refuser les certificats de naissance et la nationalité pour ces enfants. Y sont-ils pour quelque chose, eux qui n'ont demandé qu'à naitre et être élevé par deux personnes qui les aiment. Quelle proposition inhumaine!  


            Les religions et l' Eglise devraient s'interroger davantage sur ce qui définit leur éthique: est-ce les textes dits sacrés, les traditions qui perdurent ou l'intérêt, le bien être et le bonheur des humains? Je n'ai aucun scrupule à poser cette question car je suis convaincu que les textes des religion du livre , étudiés dans toute leur profondeur conduisent à l' intérêt de l' humain.

            Enfin une dernière question: quand l' Église cessera-t-elle de penser que l' avenir et le progrès ne passent que par des interdits. Quand cessera-t-elle  de refuser   la modernité et les nouvelles découvertes pour être fidèle au dieu qu'elle se fabrique?  

             

           

Partager cet article

Repost 0

commentaires

fleuslun 17/09/2017 20:17

La gestation pour autrui est le traitement médical qui peut aider plusieurs couples devenir parents. Qui peut aider plusieurs femmes qui soufrent d’infertilité retrouver leur vie normale. Qui brise la différence des capacités procréatives parmi les femmes. Mais en France cette pratique reste encore très critiquée. Est-ce que défendre le progrès de la science soit une bonne idée? Est-ce que priver la femme du pouvoir sur son corps soit le principe de la justice et égalité ?
D’où provient le désir d’arrêter le progrès? Ne doit-on pas améliorer la procédure de gestation pour autrui au but de la rendre sécurisée? Pour avoir la vision impartiale il est nécessaire de savoir le déroulement de la procédure.
Les détails sur le déroulement de la procédure ont été fourni par l’office de Biotex à Bruxelles. Pour faire un exemple on parlera du couple hétéro, qui a besoin de l’aide d’une gestatrice et d’une donneuse d’ovocytes. Vue de la complicité de la procédure on essaye de vous donner l’image générale du traitement. Si vous aurez encore des questions laisser les dans les commentaires ou en message privé.
La clinique dispose d’une base des donneuses et gestatrices qui désirent aider les couples infertiles. Ainsi qu’elles correspondent aux critères médicaux pour le recours sans risque. Le couple pourra choisir la donneuse d’ovocytes. Comme ça ils n’auront pas d’inquiétudes à propos de la ressemblance phénotypique de l’enfant.
La porteuse est choisie par le département médical. Puisque pour la gestatrice il faudra la proximité biologique maximale. La conclusion sur la proximité biologique dépend des critères biochimiques multiples. Ce pourquoi ce sont les médecins à choisir la mère porteuse.
De la part du couple - les documents qui provient la nécessité du recours a la GPA. Le dossier médical de leur spécialiste pma sera indispensable. Ainsi que la sérologie et la conclusion du médecin que la femme du couple ne peut pas porter l’enfant. Une autre condition obligatoire est le mariage officiel du couple. Seulement un couple marié peut accéder à la GPA dans ce centre pma. Après que le médecin de la clinique valide que la situation médicale du couple exige l’aide de la mère porteuse, le couple commence la partie médicale du traitement.
Si les époux correspondent aux exigences de la clinique pour recourir à la maternité de substitution ils vont commencer le traitement. Il est nécessaire de passer les analyses médicales dans la clinique. Comme ça le médecin pourra choisir la méthode du traitement la plus convenable. Chaque cas est unique. Il est important de savoir si le couple aura aussi besoin du don des cellules. Suite à la conclusion médicale commence la première étape du traitement. La stimulation de la donneuse est intronisé avec la stimulation de la future gestatrice. La gestatrice suivra la stimulation pour être préparée à recevoir l’embryon. Si le couple n’a pas besoin de la donneuse c'est la femme du couple qui suit la stimulation des ovaires. Le jour même de la ponction des ovocytes, sera effectué le prélèvement du sperme chez le mari du couple. Comme ça l’embryologiste créera un embryon et le transplantera dans l’utérus de la gestatrice. Il est important de savoir que l’embryon peut être créé avec des spermatozoïdes frais ou congelés. Si les époux désirent diminuer la quantité des voyages et la congélation du sperme est possible –le prélèvement aura lieu pendant le premier rendez-vous chez le médecin. Pourtant le succès de la conception est plus élevé avec des cellules fraiches. Pour cette raison les couples préfèrent de se rendre dans la clinique le jour de la ponction des ovocytes. L’étape suivante est le suivi medicale de la grossesse. Quand la mère porteuse devient enceinte – le couple obtient les résultats de ses analyses par e-mail. Pendant toute période de sa grossesse ils obtiendront les échographies et les résultats de ses analyses. De cette façon le couple suivra le déroulement de la grossesse et l’état du bébé. Ils peuvent aussi arriver à visiter la mère porteuse. D’habitude les couples arrivent pour assister à l'échographie de 12 semaines de grossesse. Pour voir l’enfant sur le moniteur de l'appareil et faire la première connaissance avec le bébé. Souvent pour les couples c’est aussi la première rencontre avec la mère porteuse tete à tete. Mais la présence pendant les 12 semaines de grossesse n’est papas obligatoire. Parfois il est difficile pour le couple de laisser le travail et partir dans la clinique. Pour cette raison la clinique n’exigée pas la présence des futures parentes durant la grossesse de la mère porteuse.
Pourtant le séjour prénaissance et post-naissance du bébé seront obligatoires pour les futures parentes. Pas besoin de préciser la raison. Le couple doit arriver aux alentours de la date de l’accouchement. Après que l’enfant fut né la partie médicale de la maternité de substitution est terminée. Maintenant c’est le côté juridique à découvrir. Il y a une procédure légale à suivre pour avoir l’acte de naissance. La mère porteuse accouche à la maternité d’État. Après elle fait le document-déclaration chez le notaire. Dans ce document elle refuse ses droits parentaux en honneur des parents biologiques légitimes, selon l’article 123 du Code de famille. Puis, l’état civil ukrainien prend leur dossier. Ce dossier consiste du certificat (du standard constitué) de maternité, (extrait de la maison de naissance). Aussi que la déclaration-rénonciation chez le notaire. Plus les passeports et l'acte de mariage apostillé du couple. Tout pour finalement délivrer aux parents l’acte de naissance. Donc la mère porteuse ne figure plus en acte, seuls les parents génétiques de l’enfant. Voilà comment l’enfant se déclare à nom des parents biologiques. Puis on traduit l’acte de naissance de l’enfant en français. La traduction doit être apostillé auprès de Ministère des affaires étrangères à Kiev. Suite à cette démarche le couple fixe le rendez-vous a l’ambassade de leur pays à Kiev. Ils y réclament un laissez-passer, ou la transcroption aux registres de l’état civil pour l’enfant.

Qui suis-je ?

     Titulaire d'une maitrise de théologie et d'un DESS de psychopathologie clinique, j'ai été amené à exercer plusieurs fonctions  et plus particulièrement la mise en place d'un centre socio- culturo- spirituel protestant puis la direction pendant 12 ans d'un centre de cure pour malades alcoliques. J'y ai découvert l'importance d'apprendre à écouter l'humain dans toutes les dimensions qui le constituent. Aujourd'hui, inscrit au rôle des pasteurs de l' Eglise Réformée de France, j'essaie de mettre des mots sur mes expériences et de conceptualiser mes découvertes.
serge soulie

Recherche

Blogs Et Sites Amis