Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 14:43

 

           Si dans notre pays, les partis politiques  s'invectivent sans ménagement chacun voulant être le meilleur, il n'en va pas de même des religions. Chacun y va de "nos frères les catholiques", nos " frères les musulmans", "nos frères les protestants" etc.… Nous n'allons pas nous en plaindre. Les guerres de religion  ont ceci de terrible,  c'est  qu'aucun objet concret n'est à la base du litige. Aucun échange ne peut les arrêter.  Elles dégénèrent en guerre civile. Délation et perversité sont leur pain quotidien. Elles n'en finissent pas et peuvent traverser les siècles sans que rien ne change. Nous en avons de nombreux exemples dans le passé . Aujourd'hui encore, dans presque toutes les parties du monde , des enfants, des femmes et des hommes meurent à cause des haines religieuses. Ces haines passent très souvent au sein même d'une même religion. Cela a été le cas et l'est parfois encore entre catholiques et protestants pour la religion chrétienne, c'est le cas entre chiites et sunnites pour la religion musulmane.  A ces guerres d'ordre idéologiques s'ajoutent bien sûr des disputes de territoires et d'intérêts économiques.  Ignoble!

            Pour un pays comme la France ce consensus entre religions n'est peut-être pas aussi solide qu'on le croit. Il serait dangereux de considérer que la paix religieuse est définitivement acquise. La solidité de la bonne entente nous parait bien fragile. Voici  quelques points de cette fragilité.

            - Constatons tout d'abord que nous devons cette paix à la laïcité de l' Etat qui se concrétise par la séparation de l' Eglise et de l' Etat (loi 1905). Il suffirait de la maladresse d'un ministre pour raviver des querelles non pas forcément entre catholiques et protestants mais entre les religions elles mêmes . Le risque est d'autant plus grand que nos politiciens pour se faire élire pourraient ne pas hésiter à  instrumentaliser telle ou telle religion en se l'associant ou au contraire en la stigmatisant. Nous pouvons tous les jours être témoins d'une telle tentation.

            - Les religions brûlent toujours d'imposer à la société leur conception de la vie. Nous le voyons avec l' Eglise catholique qui cherche à imposer son éthique dans ce qui concerne le mariage pour tous ou encore l'avortement et même la contraception.  Nous le voyons aussi avec le port du voile dans la religion musulmane.  Sans renoncer pour autant à donner leur point de vue et à faire valoir leurs arguments à travers un dialogue constructif, les religions ont encore des progrès à faire dans la façon dont elles font valoir leurs points de vue. Elles doivent apprendre à renoncer à certaines de leurs convictions qu'elles cherchent à appliquer  dans l'organisation de l' espace public.  Le renoncement n'est pas seulement une affaire personnelle comme on le croit habituellement, il concerne aussi les mouvements de pensées et les entités morales et spirituelles.  

            - Les responsables religieux ne sont pas assez clairs quant aux attitudes dangereuses de leurs intégristes. Les condamnations d'actes répréhensibles sont trop timides et bien peu audibles. C'est ainsi qu'elles sont souvent déjugées par les autres religions et une grande partie de la population. Leur silence est un encouragement pour ceux qui utilisent la force pour arriver à leur fin. Dans cet ordre d'idées, elles devraient aussi dénoncer l'attitude des politiques qui cherchent à les récupérer. Si l' Etat est garant de la place des religions dans la société, les religions  doivent pouvoir interpeller l' Etat sur ce qui leur semble ne pas aller dans le sens de la liberté , de l' égalité et de la fraternité . Elles ont un devoir à l'égard de l'application de la devise de la république. 

            - Les religions doivent prendre en considération et accepter sans grimaces que des hommes et des femmes se déclarent sans religion sans pour autant voir en eux des personnes en qui il manque "quelque chose" telle la morale, le respect des autres, la profondeur humaine… Elles doivent aussi accepter qu'un de leur coreligionnaire puisse changer de religion ou devenir athée sans qu'aucune pression soit exercée sur lui. Nous touchons ici à la limite du prosélytisme.

            -Il est indispensable que toute religion puissent accepter la critique, l'ironie, l'humour et la caricature d'elle-même. Il en va ici de la liberté de pensée et d'expression. Certes ces attitudes sont désagréables pour tout croyant s'il est concerné par la religion critiquée. La société lui offre assez de possibilités pour se détourner de telles critiques.  Il est citoyen s'il cherche à s'en détourner et non à interdire ou à faire taire.

            -Enfin le consensus religieux ne doit pas empêcher chaque religion, d' être elle-même, à dire ce qu'elle croit, ce qu'elle pense et expliquer ses rites.  C'est ainsi qu'elle enrichit le patrimoine culturel et spirituel du pays. Trop souvent les religions s'autocensurent par crainte d'être vilipendées par leurs consœurs et par les autres. Ce n'est pas la retenue des uns qui fait aller de l'avant mais la tolérance de tous qui contribue au bien de l'humanité. Ainsi, religions et athéisme peuvent entrer en dialogue et enrichir le patrimoine de cette humanité.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marcel MAGNON 18/05/2013 09:26

Bonjour Serge,
Je suis, en général, globalement d'accord avec ce que tu publies même si je n'approuve pas toptalement tel ou tel point.
Mais pour ce texte, je ne changerais pas un seul mot et l'athée que je suis te remercie sincèrement!
Cordialement,
Marcel

Qui suis-je ?

     Titulaire d'une maitrise de théologie et d'un DESS de psychopathologie clinique, j'ai été amené à exercer plusieurs fonctions  et plus particulièrement la mise en place d'un centre socio- culturo- spirituel protestant puis la direction pendant 12 ans d'un centre de cure pour malades alcoliques. J'y ai découvert l'importance d'apprendre à écouter l'humain dans toutes les dimensions qui le constituent. Aujourd'hui, inscrit au rôle des pasteurs de l' Eglise Réformée de France, j'essaie de mettre des mots sur mes expériences et de conceptualiser mes découvertes.
serge soulie

Recherche

Blogs Et Sites Amis