Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 22:29

            Il y a une trentaine d'années, nous avions eu l'occasion dans le cadre de notre travail d'aller à Londres pour chercher des informations sur la prise en charge des repris de justice. C'est ainsi que nous avions visité une prison, assisté à un procès ,rencontré des juges et des éducateurs chargés de la réinsertion. Au regard de la situation dans notre pays, nous avions pu apprécier  les conditions faites aux prisonniers  ainsi que les efforts  consentis pour faciliter la réinsertion. Tout cela pouvait expliquer que le taux de récidive soit bien inférieur à celui de la France.  Mais, reconnaissons le, nous n'avions pas eu l'occasion de découvrir l' Angleterre et nous n'avons aucun élément de comparaison pour apprécier ce que nous avons vu lors d'un séjour d'une dizaine de jours sous la conduite d'un couple parlant  anglais et ayant vécu un an là bas. Depuis le thatchérisme est passé par là.

            Ce qui frappe tout d'abord ,c'est la dévotion pour la reine. Un culte sans limite même si, nous a -t-on  assuré, les anglais savent badiner au sujet de la royauté. Que de temps,  de personnes et d'argent pour entretenir ce culte. On est bien loin de notre garde Républicaine ou de nos cérémonies d'investiture quelqu'en soit le niveau. On ne regrette pas d'avoir liquidé sinon le roi, du moins la royauté. Quelle économie ! Vive la république !

            Vient ensuite l'attitude de la religion officielle qui s'exprime dans les différentes cathédrales ou autres chapelles. On y trouve là les archaïsmes religieux habituels comme déposer des prières auprès de l'autel, allumer des cierges ou faire des dons de réhabilitation. A noter aussi la place de l' évêque qui représente le peuple auprès de dieu, qui est un intermédiaire entre l'homme et la divinité. On est bien loin de l' esprit de la réforme pour qui la relation homme-dieu est directe.  Cette religiosité se retrouve d'ailleurs dans ce coin de Hyde Parc ou les prédicateurs de toutes sortes de religions défendent leur dieu contre celui des autres. Notons ici au passage une  liberté d'expression  qui ne serait pas facilement acceptée en France. Dans le sous sol des Eglises, on ne peut qu'être impressionné par le faste des tombeaux avec  chaque fois leurs gisants laissant deviner un culte des morts exacerbé.  

            Soulignons enfin ce sentiment de suffisance qui émane de la plupart des anglais: aucun effort pour que vous puissiez comprendre leur langue. S'ils répètent c'est toujours avec la même rapidité et le même ton. Dans les lieux dits touristiques et ouverts aux étrangers, rien n'est traduit en une langue  autre que l' anglais. La promenade en bateau sur la Tamise n'est commentée qu'en anglais Quant aux audio guides, ils disent bien peu de choses et n'oublient jamais de vous rappeler  qu'à la sortie, le magasin est ouvert pour que vous puissiez acheter.

            Pour terminer mentionnons qu'au château de Windsor pour l'un et à la gare de l'Eurostar pour l'autre lors du retour, deux d'entre nous se sont vu confisquer leur couteau, un laguiole et un opinel soit disant interdits pour les étrangers sur le territoire anglais et pouvant initier des poursuites judiciaires si on ne signe pas le document mentionnant  être en flagrant délit et exigeant l'abandon de l'objet saisi. Dans chaque cas le couteau est glissé dans un tronc transparent, à la vue de tous, où s'entassent des centaines de couteaux dérobés à tous ces "français terroristes". Notons que ces couteaux n'avaient pas été saisi lors de notre entrée sur le territoire anglais.  Je ne pouvais pas m'empêcher de penser: "Messieurs les anglais, cesser de confondre les couteaux sanglants de vos ressortissants avec les canifs que beaucoup de français ont, par habitude, dans leur poche".

            Vous l'aurez compris, un séjour en Angleterre pour connaître le monde et pour se cultiver c'est possible, pour le plaisir et la recherche de modernité,  c'est à éviter.

           

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Qui suis-je ?

     Titulaire d'une maitrise de théologie et d'un DESS de psychopathologie clinique, j'ai été amené à exercer plusieurs fonctions  et plus particulièrement la mise en place d'un centre socio- culturo- spirituel protestant puis la direction pendant 12 ans d'un centre de cure pour malades alcoliques. J'y ai découvert l'importance d'apprendre à écouter l'humain dans toutes les dimensions qui le constituent. Aujourd'hui, inscrit au rôle des pasteurs de l' Eglise Réformée de France, j'essaie de mettre des mots sur mes expériences et de conceptualiser mes découvertes.
serge soulie

Recherche

Blogs Et Sites Amis