Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 15:37

Bonjour François

Voilà bien longtemps que je n'avais pas écrit. Ce n'est pas par négligence, encore moins par mépris. La vérité est que je m'intéresse de moins en moins au fait religieux y compris lorsqu'il vient du grand chef spirituel que tu es. En effet , contrairement à ce que l'on entend souvent, je pense que le religieux prendra de moins en moins d'importance en occident, peut être même dans certains pays d'orient. Paradoxalement, c'est parce que la religion compte de moins en moins dans la vie quotidienne que certains se crispent jusqu'à sombrer dans le radicalisme. Cette crispation dépasse les groupes terroristes qui tuent au nom de leur dieu pour toucher des croyants qui ne jurent plus que par les dogmes et les doctrines bien loin de toute raison.

Si je crois que la religion mènera de moins en moins le monde, c'est d'une part à cause de l'importance prise par les droits de l'homme. Petit à petit même les religieux les plus réticents y prennent goût car il se rendent compte que cette déclaration les protège. Certes, il reste encore beaucoup de progrès à faire dans certains pays parce que les politiques utilisent la religion pour asseoir leur pouvoir . Notons toutefois, qu'à long terme, la mondialisation aura raison de leur turpitude. D'autre part, la science a fait de tels progrès dans tous les domaines que la superstition, vision première des religions qui attribuent une sorte de pouvoir magique à leur dieu ne peut que perdre du terrain. Par ailleurs, toutes ces découvertes amènent petit à petit à un nouvelle définition de Dieu, plus juste, plus adéquate et plus utile à l'homme.

  1. si je t'écris aujourd'hui, c'est parce que j'ai appris par la presse qu'un curé, plutôt moderne pour la célébration des messes, se marie. Quel bonheur pour lui! De quelle force a-t-il été animé pour passer outre à tous ces engagements qui l'avaient conduit à la prêtrise. Je le dis et redis, il n'y a pas de plus grand bonheur pour un homme que d'aimer toute une vie, jusqu'au dernier souffle, la même femme. La réciproque est vraie. On oublie trop souvent et, sous de faux prétextes, ce verset de la bible selon laquelle " l'homme quittera son père et sa mère et s'attachera à sa femme et ils deviendront une seule chair ". Il ne s'agit pas de complétude entre l'homme et la femme, il s'agit d'une identité nouvelle ainsi créée. Cette identité nouvelle est en devenir en tout homme et toute femme dès la naissance. Soit dit en passant, elle peut se créer à partir de deux êtres de même sexe. Il est bon, cher François de le rappeler à l'Eglise catholique qui bien sûr ne veut pas l'admettre.

Si je me réjouis pour ce prêtre, ce n'est pas par provocation vis-à-vis de Toi et de ton Eglise. C'est tout simplement parce que je fais passer le bonheur des humains avant le règlement des institutions religieuses ou autre, l'Eglise y compris. De la même manière, ce bonheur passe avant la référence au Livre fut-il dit "sacré". Bien sûr, on me dira que les doctrines, les dogmes et autres règlements sont fait pour rendre l'homme heureux et qu'ainsi, il est impératif de les suivre. C'est oublier et nier que les conditions du bonheur, j'oserai dire du salut, sont différentes d'un individu à un autre, différentes aussi selon les situations. Elles ne peuvent pas être dictées. Il appartient à chacun de se glisser dans ces conditions.

Selon la presse, tu as rencontré cet homme avec son meilleur avocat, le cardinal Barbarin. Je ne doute pas un seul instant de ta compassion à son égard. En fin connaisseur de la nature humaine, tu ne l'as pas relevé de ses fonctions par condamnation mais par fidélité à ton Eglise. J'aurais envie de dire bravo mais je ne pourrais le faire que lorsque l'Eglise catholique renoncera à ces archaïsmes et le célibat des prêtres en est un, qu'elle a inscrit tout au long de l'histoire dans son fonctionnement contre toute écoute de l'humain et contre toute logique scientifique. Une question me taraude: les religions arriveront-elles un jour à faire passer l'intérêt des humains avant leurs préceptes ou sommes nous réduits à souhaiter leur fin pour que l'humain retrouve son humanité totale, entière et libre? Je crois , peut être naïvement, que le protestantisme s'est posé parfois cette question. J'ai le sentiment qu'aujourd'hui il se la pose de moins en moins. Il ne cherche plus à sortir du religieux. Dommage! Il perd du terrain.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Qui suis-je ?

     Titulaire d'une maitrise de théologie et d'un DESS de psychopathologie clinique, j'ai été amené à exercer plusieurs fonctions  et plus particulièrement la mise en place d'un centre socio- culturo- spirituel protestant puis la direction pendant 12 ans d'un centre de cure pour malades alcoliques. J'y ai découvert l'importance d'apprendre à écouter l'humain dans toutes les dimensions qui le constituent. Aujourd'hui, inscrit au rôle des pasteurs de l' Eglise Réformée de France, j'essaie de mettre des mots sur mes expériences et de conceptualiser mes découvertes.
serge soulie

Recherche

Blogs Et Sites Amis