Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 11:42

 

          Il est tout à fait normal que lors d’une campagne pour les présidentielles les candidats donnés gagnants par les sondages soient vivement attaqués par les autres qui voudraient bien leur ravir la place. C’est exactement ce qui arrive à Emmanuel Macron depuis qu’il menace de se placer en deuxième position devant François Fillon. On sait aussi que les arguments utilisés volent bas afin de faire porter à l’autre les turpitudes dont on est accusé soi-même. C’est ainsi que l’extrême droite et la droite prises la main dans le sac pour mauvais usage de l’argent public-autrement dit détournement- voudraient nous faire croire que Monsieur Macron a mal utilisé l’argent réservé à ses frais de bouche. Ces reproches – qui d’ailleurs ont fait pschitt - ne sont là que parce qu’ils considèrent que Macron est de gauche. Si ces gens de droite le percevaient à leur côté, ils ne diraient rien. En effet, comme le démontre un récent sondage les deux tiers des électeurs de droite ne sont pas très regardant sur les questions d’argent. Comme ils n’en manquent pas ils n’ont pas à se soucier de l’argent détourné par d’autres. Ils n’en ont pas besoin pour vivre. Peu importe pour eux, si les enfants Fillon en troisième année de droit perçoivent 4000 euros par mois pour leur compétence quand j’ai dû emprunter 1000 euros par mois pour mon fils plus jeune qui suivaient les mêmes études afin qu’il puisse les continuer.

          Ce qui est plus étonnant c’est la critique des journalistes. Il est vrai qu’ils étaient habitués aux discours opportunistes et racoleurs de Mme Le Pen, de Mr Fillon, Mr Hamon ou encore Mélenchon. Discours construits sur des critiques négatives, des promesses mensongères, peu brillants par leur rhétorique et médiocres quant à leur qualité littéraire. Avec Macron, les journalistes de la « politicaille » sont confrontés à des discours intelligents, bien construits où la pensée ne se donne pas comme une « bouillie pour tous » distribuée à la cantonade mais comme une démarche qui doit être propre à chacun. Tout auditeur est invité à réfléchir lui-même pour découvrir ce à quoi il n’a pas encore eut accès. Son propos ne s’épuise pas en un unique sens mais ouvre une variété de possibles.

          C’est ainsi que la finesse philosophique du discours de Macron amène ces journalistes à des amalgames et des contre sens qui ne grandissent pas le journalisme et plus grave encore, trompent et mettent en danger la démocratie dans notre pays. La tromperie, c’est de faire croire que Macron dit le pour et son contraire sur des sujets importants. Est-il par exemple contradictoire de dire que la colonisation est un crime contre l’humanité et de constater que cette même colonisation a permis aux états colonisés de mettre en place des structures d’ Etat sans pour autant oublier le nombre de morts qu’il y a eu de part et d’autres. Est-il contradictoire de regretter que les participants de la manif pour tous aient le sentiment d’être humiliés et de dire qu’il faut aller plus loin en ce qui concerne la GPA et la PMA. Est-il constructif pour des commentateurs de l’actualité de parler au sujet de Macron d’attitude christique, de prêcheur évangéliste ou d’espérance messianique, tout cela repris par les présentateurs des chaines de radio et de télé.

           Enfin, imaginons qu’au premier tour, Mme Le Pen et Mr Fillon arrivent en tête. C’est la plus forte probabilité car comme dit ci-dessus, une grande partie de la droite s’accommode facilement des détournements d’argent. Dans ce cas, pour qui voteront les 50% des français restants ? Il semble difficile que les partis de gauche ou encore les électeurs de Macron demandent de se désister pour Mr Fillon. Leurs électeurs le supporteront mal. Et quand bien même ils le demanderaient comme ils l’ont fait en 2001 pour Mr Chirac, ils risquent d’être peu suivis. Pire encore, devant deux candidats perçus comme des modèles cherchant à s’en mettre plein les poches, certains extrêmes ne risquent-ils pas de perturber le vote sans avoir ni l’appui ni la désapprobation de ceux qui ne pourront pas voter puisque aucun de leur candidat n’aura passé la barre du premier tour? Une demande de boycott des partis de gauche et du centre, serait déjà bien dommageable pour la démocratie qui, ici, nous apparait bien malade. Par ailleurs, dans le cas où un de ces deux candidats, Mr Fillon ou Mme le Pen seraient élus, on voit mal comment ils pourraient être reconnus et respectés par l’ensemble des français. Comment pourraient-ils alors gouverner ?

           Aujourd’hui, rien ne dit que Macron serait meilleur président que Sarkozy ou Hollande. Il peut dans un premier temps tirer la France d’un mauvais trépas en lui évitant de se diviser en deux parties irréconciliables et d’être gouvernée aux extrêmes autrement dit sans gouvernement aucun.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Qui suis-je ?

     Titulaire d'une maitrise de théologie et d'un DESS de psychopathologie clinique, j'ai été amené à exercer plusieurs fonctions  et plus particulièrement la mise en place d'un centre socio- culturo- spirituel protestant puis la direction pendant 12 ans d'un centre de cure pour malades alcoliques. J'y ai découvert l'importance d'apprendre à écouter l'humain dans toutes les dimensions qui le constituent. Aujourd'hui, inscrit au rôle des pasteurs de l' Eglise Réformée de France, j'essaie de mettre des mots sur mes expériences et de conceptualiser mes découvertes.
serge soulie

Recherche

Blogs Et Sites Amis