Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 10:29

Fillon, gaulliste et chrétien.

Fillon, candidat de la droite à la présidentielle déclare qu'étant "gaulliste et chrétien, il ne prendra jamais une décision contraire à la dignité humaine". Elu à la primaire par la droite catholique conservatrice et réactionnaire, il s'attache à donner des gages à ses électeurs. Cette attitude devrait durer toute la campagne et nous ramener aux temps précédant Vatican II .

Beaucoup d'hommes politiques , de droite et catholiques, ont regretté ce mélange de la politique et de la religion. Ils y voient un retour à des moments peu enviables. Dans à peu près la même ligne, les partisans d'une laïcité claire et nette dénoncent des propos dangereux ravivant des haines religieuses et favorisant le communautarisme, les chrétiens d'un côté, les autres, juifs, musulmans, athées, de l'autre.

A l'inverse, les partisans du Candidat soulignent l'honnêteté des propos et s'appuient sur le Général de Gaulle pour qui "la république est laïque et la France est chrétienne". Ils ne se sont pas aperçu que depuis le général de Gaulle la situation religieuse de notre pays a profondément changé. De surcroit, Ils cherchent à faire croire que leur candidat est sincère. Encore une fois on est pris pour de grands naïfs.

Il n'est pas de ma compétence d'intervenir sur la stratégie politique de Mr Fillon sachant tout de même que toute stratégie peut avoir des conséquences funestes. Une bonne stratégie arrête la guerre. Une stratégie déplorable la provoque. Je ferai trois remarques.

En proclamant que le fait d'être chrétien garantit de bonnes décisions en ce qui concerne la dignité humaine, Mr Fillon ne rend pas service au christianisme. Il est évident parce que prouvé par l' expérience , qu'un chrétien n'est pas mieux que les autres comme le dit la vox populi. Il est sage de le constater. Bien que plein de bonne volonté et croyant bien faire, les décisions prises par un croyant, quelle que soit la religion à laquelle il appartient, peuvent être heureuses ou catastrophiques. Il en va de même pour un non croyant. Certes l'intelligence humaine se nourrit des références de chacun. Ce n'est pas pour cela que cette intelligence conduit aux bonnes décisions. Il a souvent été reproché aux chrétiens de se croire supérieurs aux autres. Hélas, Mr Fillon va dans ce sens. Ses propos peuvent conduire encore une fois à détester le christianisme. Nous sommes loin du Christ des Evangile qui ne se réclamait d'aucun mouvement ni d'aucune tendance alors qu'il y avait autour de lui de nombreux partis politiques et religieux, chacun cherchant à le récupérer. Il savait se situer au dessus de tous ces partis . Mr Fillon semble mal évaluer la place de Jésus-Christ dans la société. Par ailleurs il confond les positions les plus traditionnelles de l'Eglise catholique avec la foi au Christ.

En second lieu, le candidat confond la charité et l'organisation sociale. Il l'a montré en allant visiter, pour relancer sa campagne, un centre Emmaüs fondé par l'abbé Pierre. Loin de nous l'idée de contester la nécessité de la charité. Elle permet à chacun de porter sur l'autre un regard positif et d'exprimer sa solidarité. Ceci dit, la charité doit nécessairement déboucher sur l'organisation d'une société avec toujours plus de justice et de liberté. C'est le rôle du politique . Il organise la société afin que chacun y trouve sa place sans dépendre du "bon cœur" de l'autre car là commence l' asservissement à des personnes ou a des institutions. C'est alors la fin de la liberté. Par le passé, on a connu cette situation lorsque l'enseignement ne dépendait que d'institutions religieuses.

Enfin Mr Fillon par ses propos met tout les chrétiens dans le même sac. Or il est évident que tous les chrétiens catholiques ne se retrouvent pas dans les positions de Mr Fillon. Il y a enfin les chrétiens protestants qui, pour le plus grand nombre, non seulement ne se retrouvent pas mais rejettent le christianisme catholique auquel se réfère le candidat. Un président de la République n'est pas le prêtre d'un groupe bien à lui. Il est le président de tous les français quelles que soient leurs croyances. Mr Fillon n'est pas prêt pour cette tâche. Le protestant que je suis ne peut que craindre le pire.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Qui suis-je ?

     Titulaire d'une maitrise de théologie et d'un DESS de psychopathologie clinique, j'ai été amené à exercer plusieurs fonctions  et plus particulièrement la mise en place d'un centre socio- culturo- spirituel protestant puis la direction pendant 12 ans d'un centre de cure pour malades alcoliques. J'y ai découvert l'importance d'apprendre à écouter l'humain dans toutes les dimensions qui le constituent. Aujourd'hui, inscrit au rôle des pasteurs de l' Eglise Réformée de France, j'essaie de mettre des mots sur mes expériences et de conceptualiser mes découvertes.
serge soulie

Recherche

Blogs Et Sites Amis